Annuaire interactif des dispositifs pour les jeunes

Donner de la lisibilité aux mesures et dispositifs disponibles pour les jeunes

La pandémie qui sévit depuis début 2020 provoque une crise sanitaire, économique et sociale. Les conséquences de la pandémie affectent notre jeunesse tant au niveau de leur santé psychologique, que de leurs apprentissages et de leur niveau de vie. Les jeunes âgés de 18 à 25 ans, qu’ils soient à la recherche d’un emploi, actifs et/ou étudiants sont frappés de plein fouet.

Formation, emploi, aides d’urgence, dispositifs de prêt… de nombreuses mesures ont été annoncées et/ou mis en place par le Gouvernement en direction des jeunes. Afin d’y voir plus clair, le CÉSECÉM (Conseil Économique, Social, Environnemental, de l’Éducation de la Culture et du Sport) a réalisé un annuaire interactif des dispositifs pour les jeunes qu’il met gratuitement à la disposition de la population. Accessible à tous, cet annuaire a pour objectif de donner de la lisibilité aux mesures et dispositifs disponibles.

Culture

Mesures déployées par le Centre National du cinéma et de l’image animée (CNC) : soutien des actions de diffusion et promotion des œuvres auprès des 15-25 ans sous forme d’articulation entre lieux physiques et espaces numériques et renforcement des dispositifs d’éducation à l’image sur tous les territoires.

Dispositif de prêt

Dispositif, réservé aux jeunes de 16 à 25 ans en situation de précarité, pour les aider dans leur accès à l’autonomie et à l’insertion professionnelle. Contrat d’engagements réciproques d’un an entre un jeune et une mission locale.
Prêts, créés pour aider les jeunes de moins de 28 ans à financer leurs études. Ils sont accordés sans garantie ni apport personnel par les banques partenaires de l'opération pilotée par Bpifrance. Le prêt étudiant garanti par l'État permet aux étudiants d'emprunter auprès d’une banque partenaire pour financer leurs études, sans devoir fournir à la banque la caution d'un proche ou une preuve de revenus. Le montant et la durée du prêt sont déterminés par la banque qui l’accorde, jusqu’à 15 000 € et un minimum de 2 ans.

Education-Formation

Partenariats mis en place entre un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur. Le partenariat entre ces établissements se traduit concrètement par la mise en œuvre d’actions multiples et structurantes (tutorat, accompagnement académique et scolaire, accompagnement culturel, internat ou hébergement, aides diverses etc.) qui constituent des réseaux de solidarité entre les divers niveaux d’enseignement.
Faciliter l’insertion professionnelle des jeunes et accueillir les nouveaux bacheliers, 30 000 places supplémentaires seront créées dans les établissements d’enseignement supérieur sur les années universitaires 2020-2021 et 2021-2022.
Augmenter le nombre de formations qualifiantes à disposition de l’ensemble des jeunes qui sont arrivés sur le marché du travail en septembre 2020. 100 000 formations qualifiantes supplémentaires dans le Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) pour les jeunes de 18 à 29 ans révolus. Les jeunes sont orientés vers les métiers relevant des secteurs prioritaires du Plan de relance (numérique, transition écologique, secteur du soin, secteurs industriels concernés par le programme de relocalisation des biens essentiels – santé, intrants industriels, agroalimentaire – ou les projets de développement des technologies critiques.
Programme de 4 mois à destination des jeunes qui ont quitté le cadre scolaire. Ce programme allie un travail sur les compétences, un accompagnement social, sportif et culturel, une découverte de différents métiers ainsi qu’une offre d’hébergement et de restauration. Grâce à ce parcours on peut valider des compétences, des acquis et développer une capacité à agir sur son parcours et ainsi construire son projet professionnel.
Le dispositif SESAME, mis en place en 2015, permet d’accompagner les jeunes les plus défavorisés vers une qualification en vue d’un emploi dans les métiers d’encadrement du sport ou de l’animation. Très concrètement, un parcours personnalisé est proposé au jeune pour lui permettre d'acquérir une qualification professionnelle. Le taux de réussite au diplôme préparé est de 70%.
Création jusqu’en 2022 de 16 000 places supplémentaires dans les établissements de formation d’infirmiers, d’aides-soignants et d’accompagnants éducatifs et sociaux, afin de répondre aux besoins de professionnels formés dans les territoires.

Emploi

L’AIJ est un dispositif mis en place depuis septembre 2014, par Pôle emploi pour aider les jeunes à retrouver plus rapidement un emploi. Un conseiller Pôle emploi spécialisé utilise des méthodes d’accompagnement pour apprendre à mettre en avant ses points forts et ses atouts, pour enseigner les différentes techniques de recherche d’emploi, pour aider à comprendre les attentes des recruteurs ou encore pour élargir ses cibles professionnelles.
Toutes les entreprises et toutes les associations, sans limite de taille, peuvent bénéficier de l’aide. Plus précisément, les employeurs éligibles sont ceux mentionnés à l’article L. 5134-66 du Code du travail, à l’exception des établissements publics administratifs, des établissements publics industriels et commerciaux et des sociétés d’économie mixte. Les particuliers employeurs ne sont pas éligibles. L’aide est de 4 000 euros sur un an pour un salarié à temps plein. Ce montant est proratisé en fonction du temps de travail et de la durée du contrat de travail. Pour ouvrir le bénéfice de l’aide, le salarié doit être maintenu au moins trois mois dans l’effectif de l’entreprise à compter de son embauche. Les conditions à remplir pour prétendre à l’aide : Embaucher entre le 1er août 2020 et le 31 janvier 2021 un jeune de moins de 26 ans ; Embaucher cette personne en CDI, en CDI intérimaire ou en CDD pour une période d’au moins 3 mois ; Sa rémunération doit être inférieure ou égale à deux fois le montant du SMIC ; L’employeur ne doit pas avoir procédé à un licenciement économique sur le poste concerné depuis le 1er janvier 2020. L’aide n’est pas cumulable avec une autre aide de l’État liée à l’insertion, l’accès ou le retour à l’emploi (parcours emploi compétences, contrat initiative emploi, aide au poste, aide à l’alternance, emploi franc, etc.) au titre du salarié concerné. En cas de placement du salarié en activité partielle (ou activité partielle de longue durée), l’aide n’est pas due pour les périodes concernées. L’aide vise les embauches nouvelles : le renouvellement d’un contrat débuté avant le 1er août 2020 n’ouvre pas droit à l’aide. Les demandes d’aide sont à adresser à l’Agence de services et de paiement (ASP) via une plateforme de téléservice ouverte depuis le 1er octobre 2020. L’employeur devra fournir la copie du contrat de travail, la copie de la pièce d’identité de son représentant et la copie de la pièce d’identité du jeune. L’employeur dispose d’un délai de 4 mois à compter de l’embauche du salarié pour faire sa demande. L’aide est versée à l’employeur à la fin de chaque trimestre, pendant un an au maximum, par l’Agence de services et de paiement pour le compte de l’État. À l’échéance de chaque trimestre, l’employeur devra fournir une attestation de présence du salarié pour permettre le versement de l’aide. L’employeur dispose d’un délai de 4 mois suivant l’échéance de chaque trimestre pour transmettre cette attestation.
Aide à l’embauche en apprentissage et en contrat de professionnalisation pour les employeurs. Cette aide est d'un montant de : 5 000 € : alternant de moins de 18 ans, 8 000 € : alternant majeur (jusqu’à 29 ans révolus), pour la 1ère année de chaque contrat d’apprentissage conclu entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 ( de bac + 1 au bac + 5 ).
Accompagner le recrutement de 1 000 jeunes dans des TPE, PME et ETI sur des métiers de la transition écologique Versement d'une prime de 8 000 € à l’entreprise qui accueille un talent en Volontariat territorial en entreprise (VTE) « Vert ».
Le Contrat Initiative Emploi (CIE) est un dispositif d’insertion professionnelle prenant la forme d’un contrat de travail comportant des actions d’accompagnement professionnel. Les conditions d’éligibilité sont les suivantes : Avoir moins de 26 ans, Être sans emploi, Rencontrer des difficultés d’accès à l’emploi, Les travailleurs handicapés peuvent bénéficier de ce dispositif jusqu’à l’âge de 30 ans inclus. Dans le cadre du plan « 1 Jeune, 1 Solution », les employeurs du secteur marchand peuvent bénéficier d’une aide financière lorsqu’ils recrutent un jeune âgé de moins de 26 ans ou un jeune reconnu travailleur handicapé (jusqu’à 30 inclus) en Contrat Initiative Emploi Jeunes CIE Jeunes.
Renforcement de l'accès des jeunes issus des formations de l'enseignement supérieur comme des formations professionnelles du ministère chargé des sports, aux métiers du sport dans un secteur en forte tension.
Depuis le 1er avril 2018, l’Emploi Franc permet à toute entreprise ou association, quel que soit son lieu d’implantation, de bénéficier d’une prime pour l’embauche en CDI ou en CDD d’au moins 6 mois d’un résident d’un Quartier Prioritaire de la Politique de la Ville (QPPV). En effet, à diplôme, âge et parcours équivalents, il est plus difficile d’accéder à un emploi pour les habitants de certains quartiers de la République. Prolongation et renforcement du dispositif avec la création des « Emplois Francs + ». Pour être éligible à « l’Emploi Franc + » et ouvrir le droit à l’aide, il faut : Être inscrit en tant que demandeur d’emploi, suivi par une mission locale ou adhérer à un contrat de sécurisation professionnelle, Résider dans un QPPV à la date de signature du contrat de travail, Être âgé de moins de 26 ans à la date de signature du contrat. L'aide est versée semestriellement par Pôle emploi à l’employeur. Le montant de l'aide s’élève à : 17 000 € sur 3 ans pour un recrutement en CDI : 7 000 € la 1ère année, puis 5 000 € les 2 années suivantes, 8000 € sur 2 ans pour un recrutement en CDD de 6 mois minimum : 5 500 € la 1ère année, puis 2 500 € l’année suivante. Ces montants sont proratisés en fonction du temps de travail et de la durée du contrat
Les emplois FONJEP sont recrutés par des associations pour des postes d’animation locale. Les FONJEP Jeunes sont réservés à des personnes de 18 à 30 ans. Ces postes, au nombre de 2 000, sont soutenus dans des associations intervenant dans les champs de l’éducation, de l’animation ou de la cohésion sociale. Ils sont financés par l’État, via le fonds de coopération jeunesse et éducation populaire (FONJEP) pour un montant de 7 000 € par an pendant 3 ans.
Ces parcours, de 24 mois maximum, facilitent l’accès à l’emploi durable des jeunes les plus éloignés du marché du travail grâce à la combinaison de la mise en emploi, d’un accompagnement individualisé et de la formation. Permet d’acquérir des compétences, de prendre confiance en soi et de s’insérer ou se réinsérer dans l’emploi.
Depuis le 1er janvier 2017, le Contrat d’Insertion dans la Vie Sociale (CIVIS) a été remplacé par le Parcours Contractualisé d’accompagnement vers l’Emploi et l’Autonomie (PACEA). Le PACEA est un parcours d’insertion professionnelle sur mesure qui permet d’accéder à l’autonomie et à l’emploi. Il s’agit d’un contrat d’engagement réciproque entre la mission locale et le jeune après un diagnostic réalisé avec un conseiller au regard des attentes et du projet du jeune. Cet accompagnement s’étale sur une durée maximale de 24 mois consécutifs et se décompose en différentes phases. Pour tous les jeunes de 16 à 25 ans révolus, le PACEA est un véritable levier d’insertion sociale et professionnelle. à la suite de la Loi de Finances 2021. (tous les jeunes de 16 à 25 ans révolus)
Le Parcours Emploi Compétences (PEC), qui remplace les contrats aidés depuis janvier 2018, permet au jeune d’accéder à la fois à un emploi permettant de développer des compétences transférables et à de la formation avec un accompagnement personnalisé tout au long de son parcours. Ce dispositif s’adresse aux jeunes éloignés du marché de l’emploi, âgés de moins de 26 ans, et aux jeunes reconnus travailleurs handicapés, jusqu’à 30 ans inclus. Il a pour objectif de développer, dans le cadre d’une activité professionnelle, des compétences transférables ou mobilisables dans un autre environnement. Les jeunes ont un statut de salarié avec les mêmes conditions de travail que les autres salariés de la structure, des mêmes droits et des mêmes obligations. Ils bénéficient d’un suivi personnalisé par son conseiller (Pôle emploi, mission locale, ou Cap emploi) et également d’un accompagnement par un tuteur nommé au sein de son entreprise. Ils peuvent développer leur employabilité en obtenant une reconnaissance officielle de vos compétences grâce à la prestation Compétences PEC. Cette prestation permet selon le parcours de valider différents niveaux de compétences
Renforcement des fonds alloués aux projets de transition professionnelle afin de promouvoir l’accès à la reconversion professionnelle des salariés vers les secteurs stratégiques du Plan de relance. Les projets de transition professionnelle permettent le financement de formations certifiantes pour des salariés souhaitant changer de métier ou de profession.
Le Projet Initiative Jeunes (PIJ) vise à soutenir la création ou la reprise d’entreprises par des jeunes de 18 à 30 ans dans les territoires ultra-marins. Les moyens supplémentaires alloués à cette mesure doivent permettre de multiplier le nombre de bénéficiaires environ par 5 et de favoriser l’accès des jeunes entrepreneurs au micro-crédit et au crédit bancaire. Le PIJ est une aide financière exonérée de charges sociales et fiscales dont une partie (maximum 80 %) est versée au moment de la création ou de la reprise de l’entreprise. Le second versement intervient 6 mois plus tard. Le montant maximum de l’aide a été revalorisé à 9 378 € (contre 7 320 € depuis 2001). Ce montant est déterminé en fonction des caractéristiques du projet et du nombre de personnes physiques bénéficiaires du projet.
Le Service Civique est un engagement volontaire de 6 à 12 mois et au moins 24H/S au service de l’intérêt général, indemnisé et ouvert à tous les jeunes sans condition de diplôme. Le volontaire est indemnisé à hauteur d’au moins 580 € nets par mois et sa mission peut s’effectuer en France ou à l'étranger. Auprès d’une association, d’une collectivité territoriale, d’une administration de l’État ou encore d’un établissement public, le jeune volontaire réalise une mission répondant aux besoins de la population et des territoires dans l’un des 9 domaines prioritaires pour la Nation suivants : éducation, solidarité, sport, culture et loisirs, environnement, santé, mémoire et citoyenneté, intervention d’urgence, développement international et action humanitaire. Le plan de relance prévoit la possibilité pour 100 000 jeunes supplémentaires d’effectuer un service civique par une révision à la hausse des agréments avec les organismes d’accueil, en particulier le secteur associatif.

Pour aller plus loin

Autres articles récents