Le chlordécone, pesticide pouvant entraîner des risques pour la santé humaine, a été utilisé dans les bananeraies des Antilles jusqu’en 1993. Très persistant, il a contaminé durablement les sols et l’eau, et impacte encore aujourd’hui les cultures et les productions animales. L’Anses s’implique depuis le début des années 2000 pour améliorer les connaissances sur l’exposition des populations antillaises à ce contaminant et aux risques sanitaires associés. Elle a notamment formulé des recommandations sur la consommation des aliments issus des productions locales.