Deux juges d’instruction ont prononcé, le 2 janvier, un non-lieu dans le scandale sanitaire de l’insecticide organochloré qui a empoisonné les Antilles. Vent debout, les victimes annoncent poursuivre leur combat judiciaire.