François Molins a lancé un groupe de travail sur le droit pénal de l’environnement qui vient de remettre ses conclusions. Il propose la création d’un service national d’enquête, ainsi que des formations spécialisées de jugement.