L’Insee a publié en novembre 2021 une estimation provisoire de la pauvreté qui concluait à une stabilité de la pauvreté en 2020. L’institut maintient aujourd’hui ce diagnostic et s’écarte ainsi des résultats de l’enquête Revenus fiscaux et sociaux, qui établit habituellement les chiffres définitifs sur l’évolution des inégalités de revenus et de la pauvreté.Selon l’enquête Revenus fiscaux et sociaux, le taux de pauvreté monétaire, c’est-à-dire la part de personnes pauvres dans la population, est de 13,9 % en 2020, soit une baisse de 0,7 point par rapport à l’année précédente. L’enquête Statistiques sur les ressources et conditions de vie conclut quant à elle à une quasi-stabilité du taux de pauvreté, évalué selon cette source à 14,3 % en 2020.Il est arrivé par le passé que les messages délivrés par ces deux sources diffèrent ; dans ce cas, ce sont les résultats de l’enquête Revenus fiscaux et sociaux, considérée comme source de référence au niveau national, qui font foi. En 2020 toutefois, la crise sanitaire a fragilisé les résultats des enquêtes : les conditions de collecte ont été dégradées par les restrictions de déplacement et la multiplicité des dispositifs financiers de soutien a compliqué la mesure des revenus.Malgré ces divergences, les enquêtes s’accordent sur le fait que la pauvreté n’a pas augmenté en 2020 en dépit de l’ampleur de la crise et que les mesures de soutien aux ménages ont fortement contribué à contenir la hausse de la pauvreté. Elles convergent également sur la hausse du niveau de vie médian et sur un léger recul des inégalités de niveau de vie en 2020.