Parce qu’elles sont largement moins nombreuses dans les filières scientifiques et les plus sélectives, mieux dotées budgétairement que les autres, les femmes bénéficient d’un quart de financement public en moins que les hommes au cours de leurs études supérieures. C’est ce que démontre une note récente de l’Institut des politiques publiques.