​En 2019, le gouvernement a fait plancher des consultants privés sur l’opportunité de présenter aux Français une facture fictive des services publics qu’ils utilisent. Jugée bancale et risquée, la suggestion a finalement été abandonnée.