Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires – édition Abonné


La mixité à l’école (ré-)apparaît comme l’un des principaux chantiers de l’Education nationale en 2023. Le ministre Pap N’Diaye l’a de nouveau érigé en priorité, avec la réforme de l’éducation prioritaire, alors que les dramatiques indicateurs sociaux ont récemment montré à quel point la ségrégation socio-spatiale avait fini par s’installer au cœur de l’école de la République, au grand dam de certains élus et enseignants. Le directeur de l’observatoire de l’éducation au sein de la Fondation Jean Jaurès, lui-même professeur d’histoire dans un collège REP de Saint-Denis (93) depuis plus de vingt ans, Iannis Roder, fournit quelques pistes pour redonner à l’école un peu de crédit et remédier à ce mal rongeant la société française. Interview.

Comment avez-vous accueilli la publication des IPS, indices de position sociale, par établissements ?

Plutôt critique de la transparence à tout prix, je dois bien reconnaître que la diffusion des IPS a été utile. Les nombreuses cartes construites autour de ces données illustrent la ségrégation à l’œuvre dans la société française – d’abord spatiale, mais aussi sociale et culturelle, pour ne pas dire ethnique. L’école n’est, logiquement, pas épargnée…

Plus personne ne peut nier la réalité de[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous