L’association devenue organisation Coral gardeners est implantée à Moorea, île sœur de Tahiti, et fête cette année ses 5 ans d’existence. Lancée par des jeunes de l’île, elle a pour mission de travailler à la sauvegarde des récifs coralliens. Ses membres font du bouturage de corail, de la sensibilisation, mais pas seulement… « On a le Coral Gardeners labs, CG Lab qu’on a monté il y a à peu près 3 ans. C’est notre centre de recherches et développement où on développe des technologies, innovations, de la recherche scientifique pour les récifs coralliens, pour mieux les comprendre et arriver à mieux monitorer notre impact », explique Titouan Bernicot, président et cofondateur de l’organisation. 

Un ancien de Tesla au CG Lab

Ce centre est né de la rencontre entre Titouan et un ancien de la sillicon valley : « Il s’appelle Drew Gray. C’est la première personne que Elon Musk a embauché pour développer les voitures Tesla qui se conduisent automatiquement avec pilote automatique. Il y a 3 ans j’ai fait un appel avec lui et je venais à peine d’avoir ces idées de nurseries connectées au smartphone où tu peux voir les coraux grandir en live avec une intelligence artificielle, mesurer la croissance, les poissons qui reviennent etc. Et à ma grande surprise c’était la première journée où Drew quittait la Silicon Valley, et Tesla, pour réaliser son rêve d’enfant de sauver les océans par la technologie. Et il n’avait aucun plan ». Drew a alors rejoint l’équipe. Coral gardeners a également des partenariats avec des chercheurs et universités.

Car la Tech est essentielle au travail des jardiniers du corail. L’innovation est un des axes de leur développement. « Je pense qu’on peut uniquement sauvegarder et préserver quelque chose qu’on comprend dans son ensemble. Et aujourd’hui on n’a pas assez de connaissances sur les coraux, sur le récif. Donc il y a vraiment cet objectif d’arriver à rassembler un maximum de données et pouvoir utiliser cette donnée pour arriver à créer les bonnes stratégies de restauration de ces écosystèmes et arriver, en utilisant la technologie pour suivre notre impact sur le terrain tout simplement ».

Ryan Borne for Coral Gardeners

L’association possède déjà un réseau de caméras connectées… « Notre premier projet c’était Reef OS (Reef operating system), un réseau de caméras, de capteurs de température, d’acidité, qui collectait en temps réel de la donnée du lagon, du récif, et qui mettait tout ça sur une infrastructure cloud, un dashboard avec une intelligence artificielle capable de savoir en temps réel combien de poissons reviennent sur le site qu’on a restauré ».

Reef App, une première mondiale

Coral Gardeners vient de lancer une nouvelle application, Reef App, une « première mondiale » selon Titouan Bernicot. Elle est destinée à tous les jardiniers de corail et permet de suivre la croissance des récifs coraliens : « C’est la première au monde, Reef restoration app. Elle s’utilise avec un smartphone sous l’eau. On va pouvoir monitorer la croissance des coraux, l’état de santé… Vraiment l’idée c’est que nos jardiniers de corail puissent être plus efficaces ». Tous les trois mois, les biologistes marins de Coral Gardeners effectuent un suivi de la croissance et de l’état de santé des récifs. L’application leur permet de gagner du temps : de 3 semaines de travail à 3 jours…

Reef Ap est en beta testing. Coral Gardeners prévoit une sortie publique au 1er trimestre 2023. « L’objectif c’est vraiment de la donner à tous les gens qui plantent des coraux autour du monde puisqu’ils ont vraiment du mal, ils galèrent à faire le suivi ». Les données récoltées dans le monde seront centralisées et permettront de prouver l’impact du travail de bouturage des coraux… Coral Gardeners a de nombreux projets en cours. Elle prévoit de se développer à l’international : en Thaïlande et aux Fidji notamment. Si vous souhaitez participer au mouvement de restauration des récifs, Coral Gardeners propose toujours d’adopter des coraux via son site internet.

Manon Kemounbaye pour TNTV