La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé dimanche 16 octobre la prolongation de la ristourne de 30 centimes à la pompe de l’Etat « jusqu’à mi-novembre », en assurant que Total allait « également » prolonger sa remise de 20 centimes.

« Nous allons prolonger cette remise sur les carburants jusqu’à mi-novembre et j’ai eu le PDG de Total cet après-midi qui va également prolonger sa ristourne », a annoncé la Première ministre au journal de 20H de TF1. La ristourne financée par l’Etat devait baisser à 10 centimes à partir du 1er novembre.

La suite après la publicité

Elisabeth Borne a par ailleurs prévenu qu’il y aurait de nouvelles réquisitions de salariés de dépôts pétroliers en cas de « situations très tendues » sur l’approvisionnement en carburant.

« S’il y a des situations très tendues demain, nous procèderions aussi à des réquisitions », a prévenu la Première ministre lors d’une interview au journal de 20h de TF1. « On est à peu près à 30% de stations-service qui connaissent des problèmes d’approvisionnement sur au moins un carburant »« c’est trop », a regretté la cheffe du gouvernement en demandant aux salariés grévistes de TotalEnergies de « respecter l’accord majoritaire et de ne pas bloquer le pays ».

Elisabeth Borne, enquête sur l’inconnue de Matignon

Le Medef dénonce la « prise d’otage »

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a estimé dimanche que les « 150 personnes des raffineries » en grève de TotalEnergies, à l’appel de la CGT, « prennent les Français en otage » et « qu’il faut passer aux réquisitions », dimanche au micro de Radio J.

Plus tôt dans la journée, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal avait jugé « inacceptable » la poursuite du blocage des cinq sites (raffineries et dépôts) de TotalEnergies en dépit d’un accord majoritaire sur les salaires signé dans le groupe, les conséquences sur de nombreux secteurs d’activités restant importantes.

La suite après la publicité

Réquisitions du personnel des dépôts chez Esso-ExxonMobil : « On va aller travailler encadrés par des gendarmes ? »

Un accord sur des augmentations salariales a été conclu dans la nuit de jeudi à vendredi avec deux syndicats majoritaires, la CFDT et la CFE-CGC.

L’accord prévoit une « enveloppe » globale de hausse des salaires de 7%, dont 5% d’augmentation générale plus une part individuelle qui pourra différer selon les personnes. Il prévoit, en outre, une prime d’un mois de salaire, avec un plancher de 3 000 euros et un plafond de 6 000 euros.

La CGT continue à réclamer 10% correspondant à « l’inflation plus le partage » des bénéfices engrangés par l’entreprise pétrolière, à savoir 5,7 milliards de dollars pour le seul deuxième trimestre (5,8 milliards d’euros).