Sargasses dans la Caraïbe ©JSB

Ce début de semaine a été marqué, en Guadeloupe par des échouements importants à la Désirade, à Marie-Galante ou encore aux Saintes ; si bien que les seuils d’alerte à l’hydrogène sulfuré ont été dépassés à Saint Félix par exemple. Pour les chercheurs de l’Université de la Floride du Sud, c’est le signe avant-coureur d’une nouvelle année record en matière d’échouement.

S. Gilles Publié le 20 janvier 2023 à 10h45,

Les scientifiques Américains s’appuient sur les images satellites du proche Atlantique. Ils ont comparés l’état de floraison des algues brunes d’une année sur l’autre entre 2022 et 2017.

Le verdict est sans appel : 2023 se présente bien comme une année sargasse. Les chercheurs estiment qu’entre Novembre 2022 et décembre 2022, la quantité d’algues observée a tout simplement doublé et l’image satellite de décembre dernier est tout à fait comparable à celle de Décembre 2017.
On y distingue parfaitement les contours de ce que l’on appelle désormais la Grande Ceinture de Sargasse ; ce radeau géant d’algues qui s’étend sur quelques 9000 kilomètres entre les côtes Africaines et l’arc Caribéen. 

. ©Guadeloupe la 1ère

En 2018, année de tous les records, on estimait que cette ceinture abritait 20 millions de tonne de sargasses et qu’en Guadeloupe cette année-là, près de 50 000 tonnes avait été collectées. 

De fait, les scientifiques américains, à l’aune de ces observations et des quantités échouées les années précédentes, tablent sur une année 2023 particulièrement inquiétante.
Il faut attendre la fin de ce mois de Janvier pour que cette hypothèse se confirme mais les savants pensent que la floraison des algues va se poursuivre jusqu’à la fin du Carême et que les quantités ensuite à craindre en Guadeloupe soient très importantes, peut être même supérieure à 2018.    

Chaque année, les échouements de sargasses sont de plus en plus importants. ©Barbara Pelmard