C’est la première fois dans l’histoire de la profession juridique qu’un avocat IA représente un client au tribunal pour contester une contravention.

L’intelligence artificielle prend rapidement une place importante dans nos vies. Des algorithmes de reconnaissance faciale au traitement du langage naturel, l’IA est utilisée dans de nombreuses applications. Aujourd’hui, l’IA est utilisée pour défendre une cause devant les tribunaux. Cela soulève la question suivante : s’agit-il d’une étape vers un système de justice automatisé ? 

L’IA avocat a déjà fait ses preuves auparavant

Baptisé DoNotPay, l’IA avocat a déjà défendu des plaignants qui ont lancé un procès contre une compagnie aérienne. Les passagers ont traîné en justice la compagnie en raison d’une connexion Wifi défaillante. Dans une autre instance judiciaire, DoNotPay a également aidé une personne pour réduire des factures et contester des contraventions de stationnement.

Développée par la société du même nom, l’IA opère via un smartphone. L’avocat qui l’utilise lance l’enregistrement des propos du tribunal sur l’application. Ensuite, l’application génère une réponse appropriée en temps réel via un écouteur. Le défendeur peut alors reprendre les informations afin de les exposer au juge.

Joshua Browder, PDG de DoNotPay, a déclaré que son outil a déjà réglé de nombreux litiges en défendant des particuliers contre des organisations. « Au cours de l’année écoulée, la technologie de l’IA s’est vraiment développée et nous a permis d’échanger en temps réel avec des entreprises et des gouvernements », a-t-il déclaré à CBS MoneyWatch au sujet des avancées récentes. Le PDG a également affirmé que DoNotPay couvrira les amendes si les entités qui utilisent son outil perdent le procès.

L’IA est-elle autorisée dans une instance judiciaire ?

La réponse dépend du tribunal concerné. La plupart des cours judiciaires n’autorisent pas l’usage de smartphones pendant l’instance. Toutefois, certaines institutions autorisent les défendeurs à porter des appareils auditifs comme les écouteurs sans fil. C’est ainsi que Browder a déterminé que la technologie de DoNotPay pouvait être utilisée légalement.

La société DoNotPay a déjà étudié plus de 300 cas d’affaires au tribunal. Seulement deux institutions ont accepté l’utilisation de l’application.

Pourtant, d’après Browder, l’utilisation de son outil est tout à fait conforme à la législation en vigueur dans les tribunaux. « C’est conforme à la lettre de la loi, mais je pense que personne n’aurait jamais pu imaginer que cela se produirait », a déclaré Browder. 

« Ce n’est pas dans l’esprit de la loi, mais nous essayons de faire avancer les choses dans le domaine juridique. Si ces affaires aboutissent, cela encourage d’autres tribunaux à changer leurs règles », a ajouté le PDG.

Cet article Un avocat IA va défendre un criminel : vers une justice automatisée ? a été publié sur LeBigData.fr.