La part des produits bio-sourcés ou géo-sourcés dans les matériaux de construction dépasse le seuil du 1 %. Mais pour Laurent Arnaud, du Cerema, viser les 10 % d’ici à 2030 est indispensable pour atteindre la neutralité carbone.